Théophile Legrand et l’innovation textile

Théophile Legrand  (1799 – 1877) est un capitaine d’industrie visionnaire qui a consacré sa vie à développer Fourmies et l’industrie textile au XIXème siècle. Théophile Legrand est considéré par les historiens nordistes comme étant le « Père de l’industrie lainière », et le « Père de la ville Fourmies ». C’est sous son impulsion, que la ville de Fourmies va devenir dès 1869 un centre mondial de laine peignée de premier ordre. C’est en suivant son exemple que ses enfants et les industriels de la région de Fourmies décrocheront en 1910 le titre de Capitale mondiale de la laine peignée.

 L'innovation textile a toujours été au cœur des préoccupations de Théophile Legrand. Il fut le promoteur obstiné d’une réussite industrielle inattendue, qui a débouché sur la naissance d’une ville « champignon », que rien ne prédestinait à un tel développement. Soixante ans de travail opiniâtre d’un homme éclairé, faisant fi des périls, des angoisses, des jours sans repos et des nuits sans sommeil, feront du village de Fourmies, qu’il aimait tant, la ville du fil de laine peignée le plus fin au monde.

 Aujourd’hui, les villes de Fourmies, de Roubaix et toute l’industrie textile peuvent être reconnaissantes envers ce précurseur de l’industrie lainière. Cet homme éminent avait fait de la droiture et de la générosité les forces intangibles de son action industrielle innovante. Théophile Legrand méritait bien une Fondation et un Prix de l’Innovation Textile à son nom.

Les premiers lauréats du Prix International Théophile Legrand de l’Innovation Textile :

 2009

1er Prix 2009 : Aurélie Cayla et son « textile intelligent » détecteur de températures spécifiques

Doctorante en science des matériaux à l’université USTL de Lille I, rattachée à GEMTEX et étudiante à l'École nationale supérieure des arts et industries textiles de Roubaix (ENSAIT), Aurélie Cayla a créé un « textile intelligent », qualifié par les experts de « révolutionnaire ». Cette nouvelle fibre permet notamment de détecter des températures spécifiques (seuil de douleur, point de fusion…), ainsi que des produits chimiques dans l’atmosphère, grâce à un filage de multi-filaments chargés en « Nanotubes de Carbone ».

Ce nouveau « textile » va être intégré dans toutes sortes d’équipements de protections individuelles, notamment ceux des sapeurs pompiers. Ces capteurs peuvent aussi être utilisés dans de nombreux autres secteurs économiques, allant du médical à la protection, en passant par le « bâtiment » et les travaux publics.

 

2ème Prix 2009 : Christelle Reti et son textile « retard au feu »

             Doctorante en chimie à l'université de Lille I, Christelle a inventé un procédé innovant consistant à thermocoller, sur un textile d'origine agricole ou naturelle (le chanvre par exemple), un film à base d'un thermoplastique possédant des performances « retard au feu » ou « antibactériennes » très satisfaisantes, pouvant être développé notamment dans l'isolation. Ce projet a été jugé très innovant, car il tient compte des enjeux économiques du 21ème siècle et des préoccupations environnementales actuelles.

 2010

 1er Prix 2010 : Gauthier Bedek et son « textile auto-rafraichissant »

Gauthier Bedek a élaboré et conçu une nouvelle structure textile « auto-rafraîchissante » à partir d’une récente technologie baptisée « HPCM » (Matériau à changements de Phase Hydrique). Son projet vise ainsi à améliorer le confort thermique en environnement chaud ou à la suite d’un effort physique. Pour obtenir un tissu rafraîchissant, Gauthier Bedek a développé un nouveau système technique de « microencapsulation » du « xylitol » par polymérisation inter-faciale.

Son invention a fait l’objet d’un dépôt de brevet et sera commercialisée par Damart à compter du 10 mai 2013. Ce nouveau produit textile a la particularité d’être à la fois autonome, réversible, fin, fluide, confortable et non dangereux. Ce tissu servira à créer une gamme de sous vêtements utilisés en environnement chaud et sec. Cette nouvelle fibre peut être considérée comme un textile intelligent, actif à l’humidité cutanée et engendrant une réaction endothermique au moment propice de l’apparition de l’inconfort au chaud.

2ème Prix 2010 : Mohamed Abounaïm,l’inventeur d’un textile antichoc et isolant acoustique

Mohamed Abounaïm est un doctorant originaire du Bangladesh, de l'Institut de Technologie Haute Performance en Textile de Dresden en Allemagne. Ce dernier a inventé des tissus en 3 dimensions anti choc et offrant une isolation acoustique très efficace. Cette fibre est constituée de fils hybrides de haute performance.

Ces fibres permettent d’absorber l’énergie et pourront servir de composants textiles dans le secteur de l’automobile ou de l’aviation par exemple, afin de mieux supporter les chocs (en cas de crash). Le vide des tubes fibreux en 3D offre également une isolation acoustique performante. Autre avantage non négligeable : son coût de fabrication est faible, grâce une conception simple et une utilisation des machines actuelles. Le passage en industrialisation est là aussi imminent.

2011

 1er Prix 2011 : Munir Ashraf, créateur du textile « autonettoyant » et « antibactérien »

 Doctorant à l’ENSAIT à Roubaix et chercheur aux laboratoires GEMTEX de Roubaix et LMPA à Maubeuge, ce Pakistanais a développé un textile autonettoyant, empêchant la croissance des bactéries. Cette nouvelle fibre peut être utilisée dans divers domaines comme la médecine, le traitement des eaux et/ou à des fins d’ameublement. Ce nouveau procédé de textiles techniques et  de textiles intelligents permet d’obtenir des résultats surprenants : les textiles peuvent se nettoyer comme les feuilles de lotus, mais aussi décolorer les taches de couleurs indésirables et tuer les bactéries (ou empêcher leur croissance) si elles s’attachent sur le tissu.

Les techniques utilisées pour intégrer différentes propriétés fonctionnelles sur une seule et même étoffe, sont innovantes. Elles sont aussi très faciles à reproduire sur différents types de structures textiles et autres matériaux. Plusieurs tests ont été effectués avec succès. Ce nouveau textile aux propriétés révolutionnaires va entrer dans une phase de près-industrialisation.

  

2ème Prix 2011 : Senen Kurşun Bahadir et son « textile détecteur d’obstacles »

Doctorante originaire de Turquie à l’ENSAIT-GEMTEX de Roubaix et à l’ITU Textile Technologies and Design Faculty d’Istanbul en Turquie, Senen Kurşun Bahadir a inventé un système de détection d’obstacles portable entièrement intégré à des structures textiles pour des personnes malvoyantes. Ces textiles pourraient être développés dans les secteurs militaires, sportifs ou dans le milieu médical. Ces nouveaux textiles permettent de créer une gamme de vêtements interactifs, électroniques et intelligents. Plusieurs tests ont été effectués avec succès.

2012

Le Prix de l’Innovation Textile 2012 pour Pierre-Alexandre Bourgeois, l’inventeur du textile dépolluant ! 

Le premier Prix International Théophile Legrand de l’Innovation Textile 2012 d’une valeur de 10 000 € a été remis le dimanche 7 octobre à l’Abbaye Royale de Chaalis (Oise) au Français Pierre-Alexandre Bourgeois : l’inventeur du « textile dépolluant », par Philippe Taquet, actuel Président de l’Académie des Sciences. Le second Prix de 8 000 € a été décerné par Bernard Esambert, ancien Président de l’Institut Pasteur, Vice-président du groupe Lagardère et ancien conseiller du Président de la République Georges Pompidou de 1969 à 1974, au tunisien Mohamed Kechiche, créateur d’un capteur / effecteur filamentaire « piézoélectrique » et « pyroélectrique » de faible diamètre, intégrable dans différentes structures textiles. 250 personnes ont assisté à cette cérémonie.

 

 14 candidats de 9 nationalités différentes

Sur la soixantaine de doctorants textiles dans le monde, 14 candidats (pour 13 projets) ont concouru en 2012. Originairesde France, du Pakistan, de Turquie, de Roumanie, du Mali, de Chine, de Tunisie, de République du Kazakhstan et de Hongrie, ces chercheurs étaient issus des plus grandes universités et écoles d’ingénieurs textiles (ENSAIT - GEMTEX à Roubaix, Université de Lyon 1, Ecole Nationale Supérieure et Université de Mulhouse, Université technique de Dresden et de Niederrhein en Allemagne, Université de Budapest en Hongrie, Université d’Iasi en Roumanie, Université de Gent en Belgique, « Tianjin Polytechnic University » en Chine, « Istanbul Technical University » en Turquie…).

 

 Des innovations très techniques

 Parmi les inventions proposées en 2012 on retiendra la création d’unraidisseur textile intégré, d’un nouveau Textile bio-sourcé et bio-actif, d’un afficheur textile à changement de couleur, de fibres textiles argentées et d’une nouvelle méthodologie d’éco-conception de produits textiles qui à terme pourrait faire économiser jusqu’à 30 % de consommation d’eau ! Un nouveau processus de tissage pour créer des structures mobiles dans le domaine du design textile a également été proposé au comité de sélection des lauréats composé de diverses personnalités du monde du textile.

 

 Premier Prix de l’Innovation Textile 2012 : Pierre-Alexandre Bourgeois (France), l'inventeur du textile dépolluant 

Docteur en chimie des matériaux à l’Université Claude Bernard de Lyon 1 / Institut de recherches sur la catalyse et l’environnement de Lyon et en collaboration avec l'entreprise Brochier Technologies - Actuellement Ingénieur R&D intégré au laboratoire « Corporate Research » du Centre Technique Client Européen 3M France en région parisienne. Il est âgé de 30 ans

 Cet ingénieur a conçu PHOTEX : un nouveau matériau textile dépolluant  photocatalytique pour application au traitement de l’air ou de l’eau. L’invention permet de capter et de retenir les molécules de pollution. Il change de couleur et s’illumine en fonction de la densité de la pollution dans l’air. Cette innovation est considérée comme un enjeu primordial de santé publique pour les années à venir, dans un monde où nous passons 90% de notre temps dans des milieux clos (maison, transport, bureau…) entourés de substances organiques qui peuvent être nocives. Les résultats de PHOTEX ont permis de convaincre un industriel d’aller vers le développement d’un équipement pilote et de tester en condition professionnelle le textile dépolluant. D’autres applications (comme le traitement des eaux) sont actuellement à l’étude.

 

 Second Prix de l’Innovation Textile 2012 :  Mohamed Bouraoui Kechiche (Tunisie), créateur d’un capteur / effecteur filamentaire « piézoélectrique » et « pyroélectrique » de faible diamètre, intégrable dans les structures textiles

Doctorant en mécanique à l’Université de Haute Alsace et au laboratoire LPMT à  Mulhouse. Il est âgé de 26 ans.

 Ce chercheur a développé des composites filamentaires intégrables dans différents types de structures textiles, capable de relever des informations de déformations, de changements de températures et sur la longévité de la matière textile. Epaulé dans ses recherches à l’Université et au laboratoire de Mulhouse par le professeur Jean-Yves Drean, cette récompense internationale devrait permettre à son invention d’aboutir très rapidement à une transférabilté industrielle. Cette invention a fait l’objet d’un dépôt de brevet par la société d’accélération de Transfert Technologique SATT-Conectus Alsace. Plusieurs entreprises telles que Faurecia Division Automobile et Piezotech, fabricant de polymères fluorés sont intéressées par cette invention.

www.theophilelegrand.com