Musée Jacquemart-André à l’Abbaye Royale de Chaalis, propriété de l’Institut de France

 

Après le musée du textile et de la vie sociale à Fourmies en 2009, l’École Nationale Supérieure des Arts et Industries Textiles de Roubaix en 2010 et le Bol Vert à Trélon en 2011, le Prix International Théophile Legrand de l’Innovation Textile 2012 sera décerné le dimanche 7 octobre à l’Abbaye Royale de Chaalis dans l’Oise. Ce haut lieu de l’histoire de France, propriété de l’Institut de France, abrite une partie des collections de Nélie Jacquemart-André, les vestiges de l’abbaye cistercienne fondée en 1137 par Louis VI le Gros, une exceptionnelle roseraie et la Chapelle Sainte-Marie construite au 13ème siècle, décorée de fresques du peintre Primatice, où se trouve le tombeau de Nélie Jacquemart.

 

Les collections remarquables de Nélie Jacquemart-André

 Nélie Jacquemart, veuve du banquier Edouard André, mécène et grand amateur d’art, acheta en 1902 le domaine royal de Chaalis. C’est dans le bâtiment conventuel, devenu château, construit par Jean Aubert au 18ème siècle, que Nélie Jacquemart-André décida de rassembler ses collections rapportées de ses derniers voyages, qui l'avaient conduite de l'Italie à la Birmanie en passant par l’Egypte… Les œuvres de Giotto, Boucher, Largillière, Van Loo… se côtoient dans un fastueux décor préservé (mobilier, peintures, sculptures, objets d’art…). A sa mort, en 1912, elle lègue à l'Institut de France le domaine royal de Chaalis, ses propriétés et ses collections.

 

Un nouvel Espace Jean-Jacques Rousseau au musée Jacquemart-André !

 L'espace Jean-Jacques Rousseau du musée a été entièrement modifié en 2012 à l'occasion du tricentenaire de la naissance du philosophe de Genève, décédé à Ermenonville, à 3 kilomètres du domaine de Chaalis. Une première salle permet aux visiteurs d'appréhender les raisons pour lesquelles cette collection est installée dans ce château-musée acquis en 1902 par Madame Jacquemart-André. Après un rappel biographique illustré, différents thèmes sont développés : « Rousseau en son temps », « Rousseau et l'autobiographie », « Rousseau : le roman épistolaire », et enfin « Rousseau : la philosophie politique ». Ils sont évoqués pas des dessins, des gravures, des manuscrits originaux et des éditions anciennes. Vous découvrirez ensuite une salle présentant des facettes peu connues du philosophe : « Rousseau et les femmes », « Rousseau et l'éducation », puis « Rousseau et la musique », dont vous pourrez écouter quelques extraits de ses compositions. La salle suivante est dédiée à « Rousseau et la nature », et plus spécialement à la botanique. Les visiteurs découvrent ensuite une iconographie sur la dévotion dont fut entouré le philosophe, puis sur sa postérité, avant de rejoindre la grande galerie du premier étage et le monde de Nélie Jacquemart-André. Des objets d'art exceptionnels côtoient des manuscrits, des autographes, des éditions originales, des partitions musicales et des planches d'herbier.

 

L'exposition temporaire « C'est la faute à Rousseau »

 Entre 1778 et 1978, trois « apôtres », un par siècle, se chargèrent de perpétuer le souvenir du philosophe de Genève, décédé à Ermenonville dans l’Oise :

- Le premier "apôtre", le marquis de Girardin, lutta pour conserver les cendres de Rousseau à Ermenonville, entreprit les démarches pour faire édifier une statue du philosophe à Paris.

- Vint ensuite Auguste Castellant, qui multiplia les cérémonies en hommage à Rousseau. L'exposition permet de découvrir les efforts ininterrompus de cet homme de lettres, né dans l'Oise.

- Enfin, Maxime Némo succéda à Auguste Castellant. Lui aussi consacra une grande partie de son énergie à revivifier l'œuvre du philosophe.

L'exposition cherche à répondre à différentes questions soulevées par Rousseau, afin de susciter l'intérêt des visiteurs. Elle est composée de trente tableaux et se termine par des dessins humoristiques qui parurent dans la presse nationale entre 1912 et 1914.

 

Renseignements pratiques :

 Jours et heures d’ouverture :

- Du 1er mars au 11 novembre, ouvert tous les jours de 11h à 18h.

- Du 12 novembre au 2 mars, ouvert le dimanche et les jours fériés de 10h30 à 12h30 et de 13h30 à 17h30.

 Tarifs :

Plein tarif : 7 € (visite du Parc, de l’abbaye et de la chapelle abbatiale, de la roseraie et du château-musée)

Tarifs réduits : de 2 à 5 €

 

Informations :

Musée Jacquemart-André - Abbaye Royale de Chaalis
60300 Fontaine-Chaalis
Téléphone : 03 44 54 04 02
Courriel : chaalis@orange.fr

 

Réservation pour les groupes scolaires :

Tel et fax : 03 44 88 13 90   / Courriel : Jmvasseur@aol.com  

 Site Internet : www.chaalis.fr